Politique/page noire:01 février 2017- 01 février 2024 : 7 ans déjà depuis la disparition du SPHINX DE LIMETE !

 Politique/page noire:01 février 2017- 01 février 2024 : 7 ans déjà depuis la disparition du SPHINX DE LIMETE !
Digiqole Ad

Né à Kananga le 14 décembre 1932, Étienne Tshisekedi est étudiant en droit lors du premier coup d’État du maréchal Mobutu intenté en 1960. Le natif de Kabeya-Kamwanga obtint son diplôme de docteur en droit à l’université Lovanium de Kinshasa en 1961, devenant ainsi le premier diplômé en droit du Congo. Déjà en 1960, il est membre du collège des Commissaires généraux, gouvernement de transition mis en place par Joseph-Désiré Mobutu. De là il commencera activement sa carrière politique en faisant partie de ce gouvernement qui fera arrêter le héros de l’indépendance de 1960, Patrice Lumumba, qui sera malheureusement assassiné le 17 janvier 1961.

Entre 1961 et 1965, après le deuxième coup d’État de Mobutu, Étienne Tshisekedi, recteur de l’École nationale de droit et d’administration (ENDA), devient ministre de l’Intérieur et des Affaires coutumières du président Joseph-Désiré Mobutu en 1965. Il prend part à la rédaction de la Constitution congolaise de 1967. La même année, au conclave de Nsélé, Tshisekedi rédige, avec Mobutu, Justin Bomboko et Singa Udjuu, le manifeste de la Nsélé, créant ainsi le parti unique du Mouvement populaire de la Révolution (MPR).

Après le deuxième coup d’État du maréchal de 1965, Étienne Tshisekedi, alors proche collaborateur du putschiste, enchaînera des ministères dont celui de la justice. C’est d’ailleurs sous sa tutelle comme ministre de la justice qu’aura lieu le souvenir funeste des Martyrs de la Pentecôte qui verra, le 31 mai 1966, 4 hommes politiques accusés de haute trahison et conspiration contre le régime mobutiste, être condamnés à la Potence. Et le 01 juin 1966, le grand dictateur du Zaïre fera pendre publiquement Evariste Kimba, Jérôme Anany, Alexandre Mahamba et Emmanuel Bamba.

Des années plus tard, en 1980 le docteur Tshisekedi wa Mulumba finira par rompre d’avec Mobutu. Et deux après soit le 12 février 1982, les 13 parlementaires parmi lesquels Étienne Tshisekedi créent l’Union pour la Démocratie et Progrès Social (UDPS), parti emblématique et historique de l’opposition politique en RDC. Entre 1991 et 1997, l’opposant Tshisekedi est plusieurs fois nommé et démis à la primature par le président Mobutu. Le maréchal et dictateur Sese Seko renversé par le rebelle, Laurent-Désiré Kabila en 1997, Ya Tshitshi revendique le pouvoir sans succès, avant d’endosser le costume de chef de file de l’opposition jusqu’à la fin de sa vie. En 2006, il appelle au boycott de la première présidentielle multipartite de l’histoire de la RDC, à l’issue de laquelle Joseph Kabila est élu ; puis réélu en 2011, une victoire à l’issue d’un scrutin présidentiel qui verra Ya Tshisekedi, alors candidat malheureux, refuser de reconnaître le résultat et s’autoproclamer Président légitime.

En 2016, il refusera de participer au dialogue national initié par le régime Kabila afin de trouver un terrain d’entente pour une transition. Le 31 décembre de la même, un compromis est conclu et Étienne Tshisekedi est désigné président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), chargé en particulier de surveiller le bon déroulement du processus électoral en cours, la présidentielle étant reportée à la fin de l’année. Mais le patriarche va rendre l’âme à Bruxelles le 01 février 2017, sans exercer ses nouvelles fonctions.

Après 37 ans de lutte acharnée dans l’opposition politique, son fils et actuel président de la république, Félix-Antoine Tshisekedi, est élu chef de l’État congolais le 25 janvier 2019. Et 2 ans après son décès, la dépouille du Sphinx de Limete sera rapatriée à Kinshasa un 30 mai 2019, où il repose dans l’éternité.

Rédaction

Digiqole Ad

Related post

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *